Fév 022009
 
Au petit matin j’étais d’humeur à gambader dans la poudreuse. C’était sans compter sur le règlement(*). A Paris, les premiers flocons de neige annoncent la fermeture des parcs et jardins. C’est la même chose les jours d’orage et même par grande canicule. En 2003 il valait mieux mourir étouffé et solitaire dans son appartement que se ventiler les pieds dans l’eau sous les frondaisons. Se cabosser un peu n’est plus permis. Le transfert de responsabilité de l’individu vers la collectivité tourne à l’aberration et au passage la liberté en prend un coup. C’est sûr qu’à ce rythme moins on fréquentera la nature plus elle nous paraitra hostile et moins on comprendra comment se la concilier.
Quelle chance j’ai eu, enfant, de pouvoir faire bataille de neige, luge par les coteaux, baignade dans les rivières en toute liberté et… pauvres petits Parigots !

Paris, Parc de Belleville(c) Yves Traynard 2009

Paris, Parc de Belleville(c) Yves Traynard 2009


(*) Extrait du Règlement des parcs et jardins : En cas de grosses intempéries[…] les parcs et jardins pourront être temporairement fermés au public en totalité ou en partie. (article 5)


Pour citer cet article (format MLA) : Traynard, Yves. « Le buffle interdit de neige ». ytraynard.fr 2021 [En ligne]. Page consultée en 2021. <https://www.ytraynard.fr/2009/02/le-buffle-interdit-de-neige/>

  One Response to “Le buffle interdit de neige”

  1. Comme je suis d’accord avec cette observation ! aprés l’interdiction d’aller dans les parcs par temps neigeux, de conduire par temps pluvieux, peut etre viendra le temps de ne plus sortir par temps plus vieux…mort d’une jeunesse, d’une nature qui nous auront échappées !

 Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>