Mar 192007
 

Ce qui distingue sans doute le mieux un documentaire de la fiction c’est l’interrogation qui vous envahit à l’issue de sa projection. « Qu’est devenu tel ou tel protagoniste, comment la situation a évolué « ? Mais dans un festival dont le thème est le documentaire le spectateur hésite à poser ce type de question ne sachant si le débat porte sur le fond ou bien plutôt la forme. Plus le document est dur plus le malaise s’installe. Car peut-on disserter sur la forme lorsque le sujet vous interpelle par sa violence extrême ?
Nous n’avons pas eu à nous poser ces questions cet après-midi, puisqu’aucun débat n’était organisé à l’issue de la projection de L. Ville(*) « Elle » Ville, proposait une lecture au féminin de Tananarive dans des lumières d’aube et de crépuscule. Une palette de témoignages, crus ou émouvants ou revigorants sur la société malgache. Ce dernier film du festival Cinéma du Réel 2007 qu’il me sera donné de voir me semble très représentatif de la vingtaine de documentaires visionnés qui se caractérisent par l’ampleur de l’expression laissée aux protagonistes jusqu’à rendre inutile tout commentaire.
Retour au passé sur une époque de foisonnement, de circulation des savoirs lors du vernissage de l’exposition Trésors carolingiens à la BNF Richelieu(**). En présence de Jean-Noël Jeanneney son président, inaugurant sa dernière grande exposition puisqu’atteint par la limite d’âge il devra céder son poste. Sans doute un proche de Chirac prendra cette place dans ce jeu de recasage de conseillers classique en France (***). Ce proche du PS avait lancé il y a deux ans dans les colonnes du Monde un vibrant appel pour le sursaut de l’Europe face à Google Books(****). La colère a accouché d’Europeana(*****). Cette bibliothèque européenne en ligne, au stade de prototype à ce jour, qui voudrait prolonger l’ambition de Charlemagne et de ses célèbres écoles en inscrivant l’écriture et le livre comme fondements de l’Europe.



(*) L Ville, 70 min, prod. Mil Sabords, 2007. Précédé par Le Bruit du canon, un 27 min français de Marie Voignier, original mais assez maladroit reportage sur des nuées d’étourneaux dont des agriculteurs n’arrivent pas à se débarrasser.
(**) Retrouvez les panneaux électronique de l’exposition sur le site de la BNF consacré à l’exposition. La magie des manuscrits remarquablement conservés en moins.
(***) Faits du prince, Le monde, 13 janvier 2007.
(****) Jean-Noël Jeanneney, Quand Google défie l’Europe : Plaidoyer pour un sursaut, Mille et une nuits. 2005.
(*****) Europeana : le prototype. Pour de l’opérationnel voir The european library.


Pour citer cet article (format MLA) : Traynard, Yves. « Sacré Charlemagne ! ». ytraynard.fr 2021 [En ligne]. Page consultée en 2021. <https://www.ytraynard.fr/2007/03/sacre-charlemagne/>

  One Response to “Sacré Charlemagne !”

  1. Europeana est enfin en ligne et opérationnelle après les ratés du 20 novembre 2008 : http://www.europeana.eu.

 Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>