Juil 272007
 

Padangbai, Coucher de soleil sur un temple (c) Yves Traynard 2007Quelques enseignements de ces trois mois en Asie du Sud-Est.

  • Le présent est superbement ignoré des voyageurs et des opérateurs, on peut parler de cécité
  • Le voyage culturel rassemble une collection dépareillée de sites qu’il faut voir un à un, un pèlerinage de mémoire
  • Toute tentative de parler de réalité se heurte à la forte composante imaginaire du tourisme
  • Le débat « touriste » contre « voyageur » est toujours aussi vif, personne ne voulant se reconnaître dans le coupable premier que nous sommes pourtant tous quelles que soient nos prétentions
  • L’imaginaire de l’île tropicale avec ses cocotiers, son sable blanc, ses populations naïves et douces, demeure toujours aussi vif
  • La recherche effrénée d’un « authentique » donne lieu à une folklorisation passéiste générale des espaces ouverts au tourisme (arts, artisanat, décors muséifiés…) d’un accord implicite entre visiteurs et hôtes
  • Les touristes des pays émergents se comportent de la même manière que les touristes occidentaux et sont guidés par le même imaginaire ; les guides à quelques détails près sont universels
  • Les pays, riches ou pauvres, grands ou petits ont toujours quelque chose à raconter sur leur présent
  • Un gisement d’informations inexploitées existe quelque soit la destination (presse, livres, romans, documentaires, travaux universitaires…) pour appréhender le présent, mais elle nécessite une mise en forme adaptée
  • Il existe un réel intérêt pour le voyage au présent de la part des touristes pour peu qu’existe une infrastructure (des informations, des informateurs, des lieux de visite…)
  • Des expériences existent ça et là de voyage au présent qui mériteraient d’être fédérés autour d’un concept pour les décupler
  • Le voyage a présent requiert une forte sensibilisation des professionnels locaux du tourisme (définition, intérêt, nature, …)
  • « Rencontrer des populations » n’est pas suffisant pour voyager au présent
  • Le voyage au présent nécessite une mise en perspective ; ce n’est pas une collection de sites contemporains à visiter ou de gens à rencontrer
  • Le voyage au présent englobe tous les champs de la connaissance délaissés par le voyage culturel (technique, économique, juridique, politique…) ;
  • Il y a un risque de dévoiement du tourisme au présent (partialité, exercice de communication, non-qualité) beaucoup plus sensible que pour le tourisme au passé
  • Traiter l’exhaustivité des problématiques n’est pas le but du voyage au présent ; le ciblage des thèmes est crucial en fonction de l’actualité du pays, de son rôle dans le monde, des ses spécificités
  • Le voyage au présent est complémentaire du voyage culturel ou de loisir

Pour citer cet article (format MLA) : Traynard, Yves. « Bilan ». ytraynard.fr 2021 [En ligne]. Page consultée en 2021. <https://www.ytraynard.fr/2007/07/bilan/>

 Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>