Juin 122007
 

Bandung, Immeuble de la Conférence (c) Yves Traynard 2007C’est en 52 qu’Alfred Sauvy créait l’expression Tiers-Monde dans les colonnes de l’ancêtre du Nouvel Observateur. «Ce tiers monde ignoré, exploité, méprisé comme le tiers état, veut, lui aussi, être quelque chose»(*). Il se faisait l’écho de la cause qui animait ce troisième monde opposé aux mondes développés : l’occidental et le socialiste.
Trois ans plus tard, à Bandung, la conférence animée par Sukarno, va connaitre un retentissement considérable. Pour la première fois dans l’histoire, des peuples de couleurs différentes, nations souveraines africaines et asiatiques venant juste d’accéder à l’indépendance se réunissaient pour faire entendre leur voix et déclarer que : «le colonialisme, dans toutes ses manifestations, est un mal auquel il doit être mis fin rapidement». On imagine la tête que l’on a dû faire en France qui contrairement à l’Angleterre tenait fermement encore toutes ses colonies…
D’autres thèmes furent abordés dans une déclaration commune en dix points. Dans son prolongement, en1961, en pleine guerre froide, se tenait la conférence des pays non-alignés qui exigeait le droit pour ces pays de ne pas choisir entre l’un des deux blocs. Ce qui hélas n’empêchera pas la tropicalisation de cette guerre froide. Les pays d’Asie du Sud-Est le paieront cher.
A Bandung tout le centre-ville évoque la Conférence dans un décor qui remonte aux années 30. Le long de Jalan Asia-Afrika, l’hôtel Savoy hébergea les chefs d’État, l’hôtel Sahara accueillit les délégations, et surtout au centre de conférence ancien club colonial hollandais on exhibe toujours le mobilier en bois, les caméras, les discours avec un focus un peu insistant sur l’Indonésie.
Les conférences successives (la dernière remonte a 2005) peinent a trouver un nouveau souffle. Ces pays réunis depuis 55 ont suivi des chemins si différents. Quel rapport aujourd’hui entre le Niger, l’Algérie, l’Indonésie et la Chine par exemple ? Pourtant, à la relecture, certains discours sont vibrants d’actualité. Cette volonté de dépasser les clivages de race, de religion par exemple pour construire un monde plus juste. 50 ans apres, l’esprit de Bandung a sans doute toute sa place.


(*) L’Observateur. 14 août 1952.
===== Programme et autres notes
A lire : The emerging markets century. How a new breed of World-Class Companies is overtaking the World. Antoine Van Agtmael.
Quelques articles du Jakarta Post du 12 juin 2007.
– How to pick up women ? Une formation à la drague indonésienne sur http://www.hitmansystem.com solusi anti Jomblo)
Poverty masks entrepreneurial spirit in Asia’s biggest slum (Dharavi) où comment le bidonville de Bombay est devenu une zone industrielle qui compte, où chaque toit abrite une micro-entreprise.
– Sondage : Fundamental values of our society are under serious threat for 73% of Indonesian (71% for the US).


Pour citer cet article (format MLA) : Traynard, Yves. « L’esprit de Bandung ». ytraynard.fr 2021 [En ligne]. Page consultée en 2021. <https://www.ytraynard.fr/2007/06/lesprit-de-bandung/>

  One Response to “L’esprit de Bandung”

  1. Thanks for the link plug.

 Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>