Déc 042005
 

Paris, 42 rue Ramponeau (c) Yves Traynard 2005Brunch entre voisins au 1er étage du 42 Ramponeau. Autour de ma nappe syrienne se pressaient 12 convives chargés de victuailles et de boissons, tous convaincus qu’il faut entretenir ce lien de proximité seul remède à l’indifférence dont on a découvert bien tardivement qu’elle pouvait tuer lors de la canicule 2003. On sait également combien pèsent au quotidien les discordes de voisinage, les mesquineries de copropriétaires pour ne pas vouloir entretenir l’harmonie lorsqu’elle règne à la perfection comme dans cet immeuble.

Ça ressemblait un peu à La Vie mode d’emploi de Perec. Tranches de vie.

  • le jeune couple Juliette et Loris est installé dans l’immeuble depuis septembre. Ils ont réhabilité la courette intérieure de l’immeuble à mon grand bonheur puisqu’ils ont dépendu cet affreux pull qui balançait au vent depuis des années et nettoyé toute trace de moisissure. Elle, gère un parc immobilier de petites copropriétés pour un cabinet de Saint-Sulpice tandis que lui administre des HLM à Drancy pour le compte du Trésor Public,
  • Julien, a qui on apprend que sa copine porte le même prénom rare d’Olivia que celle d’Hédi son prédécesseur, travaille au Conseil Général du 92 entre autres sur les problématiques de développement durable,
  • Jean-Marc, l’architecte du renouveau de l’Ariana un grand cinéma de Kaboul prépare d’intelligents projets de construction à Tanger et à Band e-amir non loin des fameux bouddhas de Bamyan. Le monde est petit, je l’ai peut-être croisé sans le savoir en Afghanistan en 2003 ; une telle coïncidence me fait pardonner la maladresse de son artisan qui avait percé mon conduit de cheminée,
  • Pierre, urbaniste des villes nouvelles, nous rejoint in-extremis,
  • Cécile prépare l’ IUFM de l’académie de Créteil et son copain Guillaume graphiste et photographe anime une association alternative où l’on peaufine à la main des pochettes d’un mystérieux CD !

et bien sûr le noyau dur des co-propriétaires qui font figure de vétérans face à ces sept jeunots du crû 2005 :

  • Anne-Hélène, responsable d’expositions à la BNF dont on imagine mal ce que représente de passion et de travail la production de plus d’une quinzaine d’évènements par an,
  • Sylvie, de l’ONG Solidarité Enfant Sida (plus populaire sous le nom de solensi) en charge d’un projet au Bénin accompagnée de son fils Pablo qui fête déjà sa deuxième fête des voisins,
  • et bien sûr Mme Penna, enseignante à la retraite après une vie passée dans cette rue Ramponeau, mémoire de l’immeuble et du quartier toujours prête à raconter, mille détails à l’appui, les aventures d’un locataire indélicat, du triste destin des cinémas de la rue de Belleville et dont nous découvrons sa passion pour le Seigneur des anneaux et Harry Potter.

Sur la trentaine d’habitants de ce petit immeuble nous étions assez fiers d’en réunir la moitié. On a juste regretté l’absence des quatre familles asiatiques de l’immeuble dont la participation aurait donné plus de sens encore à nos intentions. Une bonne raison de remettre ça.


Pour citer cet article (format MLA) : Traynard, Yves. « Bon voisinage ». ytraynard.fr 2021 [En ligne]. Page consultée en 2021. <https://www.ytraynard.fr/2005/12/bon-voisinage/>

 Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>