Avr 232011
 

En documentant progressivement l’entrée Baoding sur Wikipédia en français, j’en suis venu à m’intéresser à la géographie de la région.

En traçant les basiques de géographie humaine sur une belle carte Google Maps (grandes voies, conurbation, coeur historique, habitat, industrie), j’ai découvert avec étonnement le nombre impressionnant de canaux dont est dotée cette région. Les précipitations étant trop faibles, les canaux procurent l’irrigation indispensable à l’agriculture. Venant d’un pays où le canal est plutôt synonyme de navigation commerciale voire touristique, on se représente difficilement l’importance vitale de ces petits canaux d’irrigation. On dit qu’ils ont fortement contribué à structurer la société chinoise, la mentalité des habitants et le sentiment d’appartenance au groupe. Lorsque la vie ne tient qu’au fil fragile d’un ouvrage collectif – les canaux doivent être fondés, creusés, entretenus, protégés, et ce ne peut être l’œuvre d’un homme pour ses seuls besoins – on imagine les nécessaires compromis qu’exige la sauvegarde de la cohésion du groupe. Autant de contraintes qui s’inscriraient sous les formes de la politesse et de l’organisation sociale jusqu’à aujourd’hui. Si l’hypothèse est séduisante, trop peut-être et difficilement vérifiable, elle a le mérite de poser la question de la genèse et de l’essence des cultures.

Afficher Baoding – Géographie sur une carte plus grande

 


Pour citer cet article (format MLA) : Traynard, Yves. « Le canal des cultures ». ytraynard.fr 2021 [En ligne]. Page consultée en 2021. <https://www.ytraynard.fr/2011/04/le-canal-des-cultures/>

 Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>