Juil 272009
 
Paris, Paris plages (c) Yves Traynard 2009L’habitat de l’homme se trouve sous les tropiques de la planète, où il vit des fruits du palmier. Il subsiste dans les autres parties du monde, où il doit se nourrir de céréales et de viande(*).

Si Carl von Linné avait vécu plus longtemps il aurait peut-être ajouté que l’homme subsiste au Nord en rêvant de palmiers.
Lorsque je veux démontrer l’importance de l’imaginaire dans le tourisme, je prends souvent cet exemple du palmier. Cet arbre(**) – pratiquement absent en Europe il y a deux siècles – est à tel point devenu le symbole des vacances qu’on l’exige désormais en tout lieu. Il n’y a qu’à feuilleter les brochures des agences de voyage pour s’en convaincre ; aujourd’hui, une destination ensoleillée sans palmier au paysage est tout aussi inconcevable que Paris sans la Tour Eiffel. Pourtant, en Méditerranée, ces beaux palmiers de carte postale ne doivent rien à la tradition. Au mieux, le seul palmier connu en Méditerranée était le dattier des lointaines oasis de l’intérieur (Palmyre, Siwa, Biskra, Tozeur, Figuig) lui-même pas plus endémique puisque diffusé par les Romains et les Byzantins.
Tanger, Carte postale ancienne datée vers 1920Les palmiers d’ornement en provenance des îles Canaries, péniblement acclimatés à la Côte d’azur au XIXe s. ont gagné la rive sud de la Méditerranée avec les colons lorsque l’idée leur vint de dessiner des Promenades des Anglais à chaque port qu’ils aménageaient. Les flux touristiques des Nordistes vers le Maghreb et le Levant à partir des années 70 ont fait le reste. D’Antalya à Tel-Aviv, d’Alexandrie à Casablanca, de Nice à Benidorm pas une grande artère, un club de vacances, une plage qui ne soient ornés de palmiers. On trouve désormais Phoenix canariensis bordant plages et corniches en longues files monotones, bravant comme ils peuvent les éléments pour lesquels son délicat feuillage – malgré les progrès horticoles – est bien peu préparé. Cette année encore, Paris Plages ne fait pas exception en ressortant ses Washingtonia. Parodie de tourisme balnéaire Paris Plages se devait de mettre en scène les attributs du farniente exotique : parasols, transats… et bien sûr palmiers. C’est ainsi que le palmier a atteint les quais de la Seine. Prochaine étape Helsinki ?

L’avenir touristique des villes se décide avec leur programme de plantations. Imaginons que la Côte ait été plantée de palmiers partout où l’on a mis des pins, (autre espèce importée et qui stérilise le sol). A quel point elle serait plus luxuriante et moins vulnérable au feu.

Alain Hervé(***)


(*) Carl von Linné (1707-1778), Syst. Nat., vol. i, p. 21 : Homo habitat intra tropicos, rescitur palmis, lotophagus ; hospitatur extra tropicos sub novercante Cerere, carnivorus.
(**) Le palmier n’est pas un arbre a proprement parlé mais un monocotylédone. Le stipe est au palmier ce que le tronc est à l’arbre. Il supporte les feuilles terminales. Il se forme avec le pétiole fibreux, empilé des feuilles mortes.
(***) Alain Hervé, La Passion des Palmiers, éditions Rom, Nice, 1995.


Pour citer cet article (format MLA) : Traynard, Yves. « Palmier Plages ». ytraynard.fr 2021 [En ligne]. Page consultée en 2021. <https://www.ytraynard.fr/2009/07/palmier-plages/>

 Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>