Juil 262009
 
Paris, Saint-Michel passage du Tour de France (c) Yves Traynard 2009

C’est pas commun. Cet après-midi, Paris était coupé en deux lors de la dernière étape du Tour de France. Le piéton parvenu à la Sainte-Chapelle devait poireauter deux heures pour gagner Saint-Michel à moins de suivre les conseils des policiers transformés en poinçonneurs des Lilas : « pour Saint-Michel montez à Cité ». C’est ainsi qu’à mon corps défendant, après le spectacle d’une caravane publicitaire interminablement funèbre j’ai eu le « privilège » d’apercevoir le maillot jaune. Une apparition éclair, cinq secondes peut-être, qui déclenche plus d’appareils photos que d’applaudissements, quelques secondes avant que la masse compacte du peloton ne déboule. Quelque chose m’a troublé dans le comportement des spectateurs. Comme en voyage, au moment de jouir du plaisir de l’instant présent beaucoup préfèrent la postérité d’un cliché dont la qualité et l’unicité est probablement discutable. En France, comme en Chine et dans bien d’autres pays, (se) photographier est devenu une activité à part entière, un jeu qui semble dépourvu de l’enjeu esthétique dont l’avaient paré les pionniers. Depuis le numérique, j’ai le sentiment qu’on passe désormais plus de temps à se mettre en scène, à photographier qu’à apprécier le résultat.

Paris, Saint-Michel passage du Tour de France (c) Yves Traynard 2009


Pour citer cet article (format MLA) : Traynard, Yves. « Tour de France photographique ». ytraynard.fr 2021 [En ligne]. Page consultée en 2021. <https://www.ytraynard.fr/2009/07/tour-de-france-photographique/>

 Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>