Nov 062006
 

En semaine la nuit est sinistre à Maputo. Je me couche donc de plus en plus tôt pour me lever à 5h avec le soleil. A 47 ans je découvre combien il est extraordinaire d’avoir trois heures à soi avant de travailler pour savourer la journée qui commence dans la fraîcheur matinale. Comme quoi on peut passer à côté de plaisirs simples toute une vie. Côté santé, la fièvre a disparue mais la gorge est toujours irritée. Le spectre de la malaria s’éloigne pour cette fois.


Pour citer cet article (format MLA) : Traynard, Yves. « Savourer chaque jour ». ytraynard.fr 2021 [En ligne]. Page consultée en 2021. <https://www.ytraynard.fr/2006/11/savourer-chaque-jour/>

 Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>