Mar 302010
 

S’expatrier, ce n’est pas seulement s’éloigner d’une terre, c’est aussi prendre ses distances avec sa langue, qui continue à vivre sa vie, sans vous. De retour au pays, on découvre des mots nouveaux, des glissements sémantiques, des acceptions nouvelles qu’il faut prendre le temps de définir plutôt que d’attendre, longtemps, que des dictionnaires s’en chargent. Imaginez que geek, surbooké, Web 2.0 viennent juste d’intégrer le Larousse 2010 !(*)
Frugalité, par exemple. Le terme, n’est pas nouveau, loin s’en faut, mais depuis un an, il semble désigner un mode de vie original(**). De cette frugalité érigée en concept, on en fait même une issue possible à ces temps de crise. Sans rechigner, car la frugalité ne comporte pas cette dimension sévère, droitière, de l’austérité à la Raymond Barre (1976) qui fut si peu populaire qu’on lui préféra le mot rigueur lorsque la gestion envahit le discours politique (1983) ; sans succès d’ailleurs.
Là où l’austérité résonne comme l’hostie servie dans une froide cathédrale ou le pain sec du monastère, la frugalité, elle, est aussi l’image d’une communion modeste, mais gouteuse et saine, entre les siens, réunis autour d’une cheminée. La frugalité se drape des bienfaits du carême, du scoutisme et du bio. Ces connotations religieuses lui valent déjà de nombreux adeptes ; c’est sûr, il y aura des intégristes et des sectes.
Austérité et rigueur étaient des « mals » nécessaires, la frugalité, elle, est un bien nécessaire… et se pense irréversible contrairement aux premiers qu’on n’envisageaient que le temps de traverser la houle. En ça, la frugalité colle à la nouvelle utopie, elle s’imagine durable. De l’ascèse elle adopte la règle. Tri sélectif, lecture d’étiquetage, sortie à vélo et courses au marché sont les rites quotidiens propres à sa révélation. Les conversions seront massives, sans être toujours sincères. Là où la baisse du pouvoir d’achat ne suffira pas, la pression sociale s’en chargera. Au besoin, on dénoncera les comportements déviants, comme on se moque d’un provincial fraîchement débarqué à Paris et qui ignore les usages. Exemplarité oblige, les Falcon ministériels risquent d’être cloués au sol par une presse qui traquera la moindre immoralité. A cet exercice de lynchage, nos médias sont bien rodés. Faute de disposer des moyens nécessaires à de véritables investigations, ils se sont depuis longtemps repliés sur ce créneau porteur.
Frugalité ne signifie pas abstinence, mais continence légère et choisie. Un choix que certains, aux extrémités de l’échiquier politique, dénonceront vite comme un renoncement à la lutte, révélateur de la capacité des peuples à s’asservir. Les plus caustiques feront remarquer qu’il s’agit d’un concept de nantis indécents (« faut pas jouer les pauvres quand on est plein de sous ») qui s’évitent de remettre en question les déséquilibres du monde. Ils éructeront : « et mon banquier, il est frugal ? » Il leur sera probablement répondu que c’est mieux que rien et qu’il faut bien que quelqu’un commence. Car la frugalité ne se veut surtout pas politique. En ces temps d’abstention massive elle rassemble, elle joue l’œcuménisme. D’ailleurs, tout le monde est écologiste, pas vrai ? Et surtout pas de confusion, frugalité n’est pas décroissance, concept violemment révolutionnaire qui glace même les plus militants des frugaux. C’est sûr, il n’y aura pas de Parti Frugal Français.
La frugalité est vertu morale. Elle sous-tend l’idée de sagesse, de tempérance, de mesure, de pondération et de réserve, de simplicité sans aller jusqu’au dépouillement ou à l’abstinence encore moins à la mortification. Au contraire, conviviale et festive, la frugalité sera joyeuse ou ne sera pas. Positive, elle porte sa fructueuse étymologie latine comme une promesse de jours meilleurs(***). Grandes kermesses en vue jusqu’au prochain concept. O Mundo é Assim.


(*) Articles nouveaux du Petit Larousse 2010, Club d’orthographe de Grenoble, juillet 2009.
(**) Quelques articles consacrés à cette nouvelle frugalité dont l’extension semble sans surprise remonter à 2009.
Et la frugalité sauva le monde, Weronika Zarachowicz, Télérama, 11 mai 2009.
Vivre en plus petit : la nouvelle frugalité américaine, Hélène Crié-Wiesner, Rue 89. 3 juin 2009.
Le Charme discret de la pauvreté, Catherine Halpern, Sciences humaines, mars 2009.
(***) Empr. au lat. class. frugalitas « récolte de fruits », « modération, sagesse, sobriété ». Voir l’épatant portail lexical du CNRTL.


Pour citer cet article (format MLA) : Traynard, Yves. « Frugalité ». ytraynard.fr 2021 [En ligne]. Page consultée en 2021. <https://www.ytraynard.fr/2010/03/frugalite/>

  One Response to “Frugalité”

  1. Le Monde Magazine en parle : La belle vie des décroissants, LE MONDE MAGAZINE, 18.07.10.

 Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>