Déc 172008
 
Extrait d’une critique du film La Terre des hommes rouges(*) sorti aujourd’hui en illustration de l’abysse touristique.
« Au bord d’un fleuve où glisse une barque emplie de touristes apparaît un groupe d’Indiens, masqués par un bosquet. Ils sont quasi nus, maquillés, apparemment stupéfaits de cette intrusion sur leur territoire. Ils lancent mollement une flèche qui tombe à l’eau. La scène suivante les montre ôtant leurs déguisements et percevant leur salaire de figurants, avant de s’en retourner dans la réserve où ils sont parqués.
Beaucoup de choses sont dites dès cette première scène : l’obligation, pour ces Indiens de la tribu kaiowa du Brésil, de mimer ce qu’ils furent, jusqu’à la caricature. De leur identité, leur image, il ne leur reste plus que cette dérisoire mise en spectacle, une mascarade comme symptôme de ce que le monde attend d’eux, à l’issue de laquelle ils n’ont plus qu’à revêtir le jean et le tee-shirt des inféodés à la société de consommation. »(**)


(*) La terre des hommes rouges (titre original : Birdwatchers). Film italo-brésilien de Marco Bechis avec Abrisio da Silva Pedro, Ambrosio Vilhalva, Claudio Santamaria, Chiara Caselli. (1 h 46)

(**) « La Terre des hommes rouges » : au coeur de la révolte des Indiens Kaiowa, Le Monde, 16.12.08 et La stratégie du réalisateur pour « dénoncer les forfaits », Le Monde, 16.12.08.


Pour citer cet article (format MLA) : Traynard, Yves. « La terre des hommes rouges ». ytraynard.fr 2021 [En ligne]. Page consultée en 2021. <https://www.ytraynard.fr/2008/12/la-terre-des-hommes-rouges/>

 Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>