Oct 132008
 

Il n’est pas bête, mais je ne l’aime pas. Il fait son possible pour choquer les autres, pour se rendre antipathique, je n’aime pas ça. (*) Lorsque Valérie parle de Robert dans Plateforme c’est un peu Michel Houellebecq qu’elle dépeint. Crû, provocateur, volontiers obscène, nihiliste, cynique certes mais intelligent. Son regard rageusement anticonformiste sur le tourisme ne manque pas de sel. Meilleures pages.

Du marketing touristique
J’aimais les catalogues de vacance, leur abstraction, leur manière de réduire les lieux du monde à une séquence limitée de bonheurs possible et de tarifs ; j’appréciais particulièrement le système d’étoiles pour indiquer l’intensité du bonheur qu’on était en droit d’espérer. p. 22
Dès qu’ils ont quelques jours de liberté les habitants d’Europe occidentale se précipitent à l’autre bout du monde, ils traversent la moitié du monde en avion, ils se comportent littéralement comme des évadés de prison. (p. 34)
[Jean-Yves s’inquiétant du recrutement de Nourredine à la com’ de son entreprise de voyage : ] « Pour attirer les gens il faut utiliser pas mal de clichés sur les pays arabes : l’hospitalité, le thé à la menthe, les fantasias, les bédouins… J’ai remarqué que ce genre de trucs a du mal à passer avec les beurs ». (pp. 209-210)
– A mon avis personne n’a oublié l’attentat de Louxor, en 1997. Il y a quand même eu cinquante-huit morts. La seule chance d’arriver à vendre Sharm-el-Sheikh, c’est d’enlever la mention « Egypte ».
– Qu’est-ce que tu veux mettre à la place ?
– Je ne sais pas, « Mer Rouge » par exemple.
– OK, « Mer Rouge » si tu veux.
(pp. 213-214).

Du voyage et du tourisme
Mes rêves sont médiocres. comme tous les habitants d’Europe occidentale, je souhaite voyager. Enfin il y a les difficultés, la barrière de la langue, la mauvaise organisation des transports en commun, les risques de vol ou d’arnaque : pour dire les choses crûment, ce que je souhaite au fond, c’est pratiquer le tourisme. On a les rêves qu’on peut ; et mon rêve à moi c’est d’enchaîner à l’infini les « Circuits passion », les « Séjours couleur » et les « Plaisirs à la carte » – pour reprendre les thèmes des trois catalogues Nouvelles Frontières. (p. 34)

Des circuits culturels
[Au souvenir d’un circuit Thaïlande proposé par Kuoni] Pas mal du tout d’ailleurs, mais un peu cher, et d’un niveau culturel effrayant, tous les participants avaient au moins Bac+4. Les trente-deux positions du Bouddha dans la statuaire Ratanakosin, les styles thaï-birman, thaï-khmer ou thaï-thaï, rien ne leur échappait. J’étais revenu épuisé, et je m’étais senti constamment ridicule sans Guide Bleu. (p. 52)
[Dans les ruines d’Ayutthaya] C’est ça la culture, me disais-je, c’est un peu chiant, c’est bien ; chacun est renvoyé à son propre néant. (p. 87)

Du Guide du Routard
S’il se proposait dans son principe de préparer au voyage en Thaïlande, le Guide du Routard émettait en pratique les plus vives réserves, et se sentait obligé dès sa préface de dénoncer le tourisme sexuel, cet esclavage odieux. En somme ces routards étaient des grincheux, dont l’unique objectif était de gâcher jusqu’à la dernière petite joie des touristes, qu’ils haïssaient. Ils n’aimaient d’ailleurs rien tant qu’eux-mêmes, à en juger par les petites phrases sarcastiques qui parsemaient l’ouvrage, du genre : « ah ma bonne dame, si vous aviez connu ça au temps des z’hippies !… » Le plus pénible était sans doute ce ton tranchant, calme et sévère, frémissant d’indignation contenue : « Ce n’est pas par pudibonderie, mais nous, Pataya, on n’aime pas trop. Trop, c’est trop. » Un peu plus loin, ils en rajoutaient sur les « Occidentaux gras du bide » qui se pavanaient avec des petites Thaïes; eux ça les faisait « carrément gerber ». Des connards humanitaires protestants, voilà ce qu’ils étaient, eux et toute la « chouette bande de copains qui les avaient aidés pour ce livre », dont les sales gueules s’étalaient en quatrième de couverture.[…] Je compris à quel point le tourisme sexuel était l’avenir du monde. pp. 57-58.
C’est sans doute dans le chapitre consacré à Phuket que le Guide du Routard atteint son plus haut degré de haine, d’élitisme vulgaire et de masochisme agressif. « Phuket, pour certains annoncent-ils d’emblée, c’est l’île qui monte ; pour nous, elle est déjà sur la descente. […] Pour le masochiste manipulateur, il ne suffit pas que lui-même soit malheureux ; il faut encore que les autres le soient. Après trente kilomètres, l’autocar s’arrêta pour faire de l’essence ; je jetai mon Guide du Routard dans la poubelle de la station-service. Le masochisme occidental, me dis-je. (pp. 107-108)

Des engouements militants des touristes
Ils avaient l’air bien cons, ce jeune couple, ça me faisait presque de la peine de voir leur paradis écologique se fissurer sous leurs yeux. (p. 84)
Elle s’interdisait d’aller en Birmanie. Ce n’était pas possible d’être complice en aidant par ses devises au maintien d’une dictature pareille. Oui, oui, pensais-je ; les devises. « Les droits de l’homme, c’est important ! » s’exclama-t-elle, presque avec désespoir. (p. 84)

Des non lieux
Surat Thani – 816 000 habitants – se signale selon tous les guides par son manque d’intérêt absolu.[..] Cependant les gens vivent, et le guide Michelin nous signale que la ville est depuis longtemps un centre important pour les industries métallurgiques – puis, plus récemment, qu’elle a acquis un certain rôle dans le domaine des constructions métalliques.
Or, que serions-nous sans constructions métalliques ? (p. 89)


(*) Michel Houellebecq, Plateforme, Flammarion, Paris, 2001. (p. 133)


Pour citer cet article (format MLA) : Traynard, Yves. « Plateforme ». ytraynard.fr 2021 [En ligne]. Page consultée en 2021. <https://www.ytraynard.fr/2008/10/plateforme/>

 Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>