Août 032008
 

Les festivals s’enchainent dans un Paris apaisé par l’août morose. Le parc de la Villette accueille chaque dimanche une série de concerts pour découvrir des voix rares comme celles de ces deux femmes venues d’Afrique(*).

Paris, Parc de la Villette, Dobet Gnahoré (c) Yves Traynard 2008Dobet Gnahoré

Qui mieux que les artistes peuvent rappeler des choses simples mais essentielles sans sombrer dans la mièvrerie. A cet exercice l’ivoirienne Dobet Gnahoré excelle. A son arc rebelle pas moins de sept langues pour défendre la terre, la vie, la paix. Défense et… illustration. Son corps félin se métamorphose à la vitesse de l’éclair pour entamer des danses d’une puissance tellurienne. Subjuguant.

Paris, Parc de la Villette, Lura (c) Yves Traynard 2008Lura

Si Dobet Gnahoré porte le sceau des racines, Lura, cap-verdienne, née au Portugal exprime le métissage. Celui des côtes ouest-africaines qui n’ont rien à envier à la côte swahilie. Son répertoire comprend même une mazurka. Sourires, danse du ventre, musiques endiablées, Lura marque sa distance avec son ainée Cesaria Evora.


(*) Le programme des Scènes d’été se poursuit au parc de la Villette au pied de la Folie Belvédère les dimanches 10, 17 et 24 août. Concerts à 17h30 et 19h30. Gratuit.


Pour citer cet article (format MLA) : Traynard, Yves. « Voix de femmes ». ytraynard.fr 2021 [En ligne]. Page consultée en 2021. <https://www.ytraynard.fr/2008/08/voix-de-femmes/>

 Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>