Juil 222008
 

On hésite à prendre au sérieux les économistes qui s’affichent ostensiblement altermondialistes. Ne noircissent-ils pas le tableau pour vendre des desseins politiques troubles, sont-ils crédibles ? Mais lorsqu’un chantre du capitalisme tel que Joseph Stiglitz, prix Nobel d’économie 2001, economist adviser à la Maison-Blanche auprès de Bill Clinton, chief economist et vice-president de la Banque mondiale, tire la sonnette d’alarme sur les graves dérives du libéralisme il y a de quoi s’inquiéter !

Dans un long entretien sur France-Culture(*) Joseph Stiglitz revient sur le livre choc qu’il a co-signé avec Linda J. Bilmes sur le coût de l’expédition irakienne, Une guerre à 3000 milliards de dollars(**). Aucun apitoiement sur le sort des Irakiens dans le discours. Joseph Stiglitz se focalise spécifiquement sur l’aberration économique d’une telle guerre pour les USA. Pour parvenir à une telle évaluation les auteurs ont tenu compte des coûts déjà supportés, mais aussi et surtout des coûts futurs, délibérément dissimulés par l’administration Bush. La guerre d’Irak va peser sur le budget des États-Unis pendant cinquante ans car elle est financée exclusivement par la dette et non l’impôt. Et surtout cette somme aurait pu servir à financer des dépenses plus primordiales. Si tant de zéros vous donnent le vertige, voir mon billet d’octobre 2007 portant sur une estimation moins pessimiste de 2400 milliards de dollars de l’ensemble des conflits où les USA sont directement engagés(***). Si, déplorent encore les auteurs, «l’invasion de l’Irak a été une terrible erreur […] ce qui est si accablant dans la débâcle irakienne, c’est que presque tous les problèmes étaient prévisibles – et prédits. » C’est pourquoi leur livre propose une série de réformes visant à garantir que les citoyens seront mieux informés si les États-Unis décidaient à l’avenir de s’engager dans une nouvelle guerre de longue durée. Au cours de l’entretien Joseph Stiglitz aborde de nombreux autres sujets où il essaie de définir un capitalisme plus éthique.

  • la crise financière internationale : sa prévisibilité, le coût de sa correction, la perte de l’épargne de toute une vie pour plus d’un million et demi de familles, l’échec des marchés financiers dans leur rôle de réduction du risque, le poids sur le contribuable des erreurs de gestion,
  • la crise alimentaire mondiale : les erreurs du FMI dans les ajustements structurels et la réussite des pays qui n’ont pas suivi ses conseils (Inde, Asie du Sud-Est…), le rôle des biocarburants, le mépris de l’aide internationale pour l’agriculture,
  • l’évolution du capitalisme : l’importance des marchés pour l’innovation mais aussi la nécessaire intervention des gouvernements dans la recherche et la défense et l’accompagnement des entrepreneurs qui veulent être éthiques (en matières sociale et environnementale),
  • les ravages de la politique néolibérale : la limite à l’auto-correction des marchés, et l’hypothétique « main invisible », l’influence criminelle des lobbies.

Autant de thèmes déjà abordés dans son ouvrage Quand le capitalisme perd la tête (****).


(*) Entretien avec Joseph Eugene Stiglitz, France Culture, L’Economie en question du lundi 14 juillet 2008 (redifussion de mai 2008).
(**) Joseph Stiglitz et Linda J. Bilmes, Une guerre à 3.000 milliards de dollars, Fayard, mai 2008.
(***) Blog Etudiant humanitaire, 24 octobre 2007, 2400 milliards de dollars.
(****) Joseph E. Stiglitz. Quand le capitalisme perd la tête. LGF. Collection Le Livre de poche, août 2007, traduit de l’anglais par Paul Chemla.
[Poursuivant le procès du libéralisme sans limites amorcé dans La Grande Désillusion, Joseph Stiglitz s’appuie cette fois sur son expérience de quatre ans en tant que conseiller économique principal du président Clinton pour répondre à une question centrale : comment, au tournant du troisième millénaire, est-on passé du prétendu « triomphe » du capitalisme à l’américaine – bien entendu surévalué et fondé sur des bases très incertaines, notamment l’effervescence boursière et tout ce qui s’ensuit (stock-options, tyrannie des actionnaires…) – à une chute retentissante ? Avec une clarté de propos remarquable et une attention constante aux mécanismes économiques les plus concrets, l’auteur aborde le phénomène de la bulle spéculative, la vague des déréglementations aux États-Unis – en particulier dans le domaine des télécommunications – et leurs conséquences, ou encore les scandales comptables, à commencer par le premier et le plus retentissant : le cas Enron.
Fort de ses observations, Stiglitz esquisse les grandes lignes d’un « idéalisme démocratique », vision d’avenir fondée sur un juste équilibre entre le marché et l’État, et sur des valeurs telles que la justice sociale (égalité des chances, priorité à l’emploi) ou encore le droit du citoyen à l’information.] (4e de couverture).


Pour citer cet article (format MLA) : Traynard, Yves. « Une guerre à 3000 milliards de dollars ». ytraynard.fr 2021 [En ligne]. Page consultée en 2021. <https://www.ytraynard.fr/2008/07/une-guerre-a-3000-milliards-de-dollars/>

 Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>