Juin 072008
 

Un cœur. Un cœur pour figurer les solidarités. Pas la balance de la justice, les manches relevées de l’entrepreneur social ou le porte-monnaie du donateur, ni même une chaîne humaine fraternelle qui ferait le tour de la terre. Non un cœur gros comme la terre. Tel est le symbole de ce 2ème salon dédié aux solidarités, décliné en logo, bannière et T-shirt et qui se tenait jusqu’à ce soir au Parc Floral de Vincennes(*). Rien d’un hasard dans ce choix, qui s’est sans doute imposé aux organisateurs de l’évènement. Le cœur illustre à merveille ce qu’est d’abord la solidarité aujourd’hui au Nord. Pas un idéal de justice, pas une volonté de partager le bien commun, encore moins un mouvement social… mais un élan du cœur. Et qui dit cœur dit plaisir. On ne s’étonne plus dès lors des danses folkloriques et du nombre conséquent de boutiques d’artisanat et de tourisme solidaire dans les allées du salon. Allons-nous défier les enjeux du monde en s’habillant tous à la manière andine, en dansant sur la world-music, en s’invitant chez l’habitant pour les vacances et en peuplant nos appartements de bibelots qui ont perdu leur vocation première ? Un peu de sérieux, de mesure et de raison. Si le cœur est sans doute cette étincelle dont visiblement nous avons besoin pour agir, pour combattre des situations inacceptables et suicidaires pour l’espèce entière, si certaines actions peuvent servir à sensibiliser aux déséquilibres du monde il faudrait pas croire que cela suffira à régler les graves dysfonctionnements du monde que les dernière crises – alimentaire, financière, écologique, énergétique – sont venues rappeler. Résumer la solidarité à la satisfaction d’un ego charitable comporte des risques que le débat proposé sur l’affaire de L’Arche de Zoé venait judicieusement éclairer.
En l’absence d’Eric Breteau (justifiant son absence par son installation en province après sa libération), le débat fut évidemment moins passionné mais sauvé par la qualité des intervenants : Henri Rouillé (Président de Coordination Sud), Rony Brauman (ex-Président de MSF) et Christian Troubé (rédacteur en chef de La Vie).

Pour introduire le débat, ce dernier – auteur d’une récente analyse de l’affaire(**) – décrit en détails comment une association d’usagers de 4*4 se transforme progressivement en cette Arche de Zoé opérant dans le mensonge pour évacuer des enfants prétendument orphelins et soudanais depuis le Tchad. Il évoque les liens moins connus unissant L’Arche de Zoé à Save the Darfour, organisation proche de la droite américaine qui permet à Eric Breteau de développer une « idéologie » à base de critique de l’efficacité de l’humanitaire « établi », de qualification de génocide de la situation au Soudan, de droit d’ingérence, qui va finir par justifier les moyens utilisés par la folle équipée dans un affectif autour de l’humanitaire propre à cette période post-tsunami.
Cette affaire de L’Arche de Zoé est-elle un exception ? Pour Christian Troubé pas si sûr. L’Arche de Zoé serait plutôt le fruit de l’humanitaire d’aujourd’hui, le dévoiement finalement courant de plusieurs principes.
– l’urgence permettrait de se dispenser du droit,
– le mensonge se trouverait justifié par la noblesse de la cause,
– les lacunes du statut associatif réduiraient la gouvernance à sa plus simple expression : le Président, fondateur charismatique de l’association.

Rony Brauman va plus loin dans l’analyse critique. Il affirme qu’un lien unit Eric Breteau à George Bush(***). En gros : guerre en Irak ou sauvetage d’enfants au Darfour même combat. Dans les deux cas la même arrogance à savoir ce qui est bien pour l’autre et à imposer son code de valeur (« le Bien et sa Démesure« ). Au nom d’un principe (l’humanitaire) on se place au-dessus du droit international. Il voit les mêmes dérives sans-frontièristes à l’œuvre dans l’affaire birmane, où l’on parle déjà de crime contre l’humanité pour envisager une action de force. Il refuse cet imaginaire du 19e s. où le monde se partageait entre humains et barbares, ce bellicisme moral, amplifié par le 11 septembre, qui mettrait l’humanitaire au service d’une idéologie.

Henri Rouillé questionne d’autres travers de l’humanitaire que révèlerait L’Arche de Zoé. La faible gouvernance des ONG (les donateurs ne sont pas membres, les membres sont peu associés aux décisions), le traitement médiatique des affaires (la sortie de prison des zozos méritait-t-elle 20 mn sur France 2 ?), la distance séparant l’image et la réalité du monde amplifiée par un marketing de la misère, le balbutiement des démarches qualité dans les actions humanitaires.

En écho à ces propos, dans les allées du salon certains acteurs ont fait de la connaissance du monde et de son développement un préalable à l’action. « Comprendre avant d’agir » pour en finir avec l’amateurisme et les solutions bout de ficelle à portée court-terme. « Une nouvelle vision du monde s’impose ainsi qu’une nouvelle perception des relations entre les pays et les peuples » proclame le CCFD. Dans son sillage des associations telles que Educasol, Ritimo, Starting-Block, e-graine, Artisans du Monde proposent des outils de sensibilisations qui s’adressent principalement aux enfants. Dommage pour nous les adultes !

P.S. : on lira avec intérêt du même Rony Brauman : De l’injustice des boycotts. Alternatives Internationales, juin 2008.


(*) Salon des Solidarités. Parc Floral de Vincennes, les 6, 7 et 8 juin 2008.
Les conférences.
vendredi 6 juin 2008
de 15h00 à 16h30 : Réagir face à la crise alimentaire mondiale
de 17h00 à 18h30 : Quand les entreprises se lancent dans la solidarité…
samedi 7 juin 2008
de 11h00 à 12h30 : L’Europe de la Solidarité
de 14h30 à 16h00 : Quelles leçons et quelles solutions après l’Arche de Zoé
dimanche 8 juin 2008
de 11h00 à 13h00 : S’engager dans la Solidarité Internationale
(**) Christian Troubé, Les forcenés de l’humanitaire : Les leçons de l’Arche de Zoé , Editions Autrement, 2008.
(***) Il partage en cela le propos de Régis Debray (voir Zoé et Zorro, le néo-bon et le néo-con).


Pour citer cet article (format MLA) : Traynard, Yves. « Salon des solidarités 2008 ». ytraynard.fr 2021 [En ligne]. Page consultée en 2021. <https://www.ytraynard.fr/2008/06/salon-des-solidarites-2008/>

 Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>