Juin 272008
 

Pour la sortie de son rapport annuel sur l’Afrique, l’OCDE co-organisait aujourd’hui avec la Banque africaine de développement son forum annuel sur les perspectives du continent(*) dans l’enceinte du Ministère des Finances à Bercy.

Paris, 8ème Forum international sur les perspectives en Afrique, salle de conférence (c) Yves Traynard 2008Si le constat des difficultés et enjeux à venir semble partagé, l’OCDE n’a qu’une solution à opposer : toujours plus d’ordre libéral international. Rien de bien nouveau donc. Le même credo à quelques variantes près que celui du G8, de l’OMC, du FMI et de la Banque Mondiale. Il ne fallait pas attendre d’une telle manifestation de grands débats d’idées, ni de scoop ! Les alter qui auraient assisté à la conférence dans l’enceinte bien gardée du trésor français seraient restés sur leur faim. Mais il semble que ces mondes soient étanches. La démocratie n’est pas le fort des institutions internationales pilotées par des technocrates émissaires désignés des États et du secteur privé et complètement coupés de la société civile.

La première rencontre qui réunissait des opérateurs telecom exerçant en Afrique donnait assez bien l’état d’esprit. Un secteur très juteux où tous les concurrents sont fiers de gagner de l’argent nous dit-on. Et chacun de se féliciter donc de la vitalité du secteur informel qui permet des coûts de distribution très faibles. Un invité dira même que la France ferait bien de s’inspirer de l’exemple africain. Vive donc la précarité, les vendeurs de cartes prépayées à la sauvette dans le métro survivant sur des marges d’un demi-euro par jour ; la mondialisation sociale par le bas !

Mais comme le courant dominant continuera à dominer il valait mieux suivre attentivement le discours pour analyser ce qui se passe et se prépare en Afrique. Tout n’était pas à jeter. Donald Kaberuka, Président, Banque africaine de développement, indiquait que l’agenda de la croissance devait passer par la formation. Dans la foulée, Stefano Manservisi, Directeur général pour le développement de la Commission européenne invitait les États africains à jouer la carte régionale (entendez selon les modèles de l’ASEAN ou de la SADC) pour être acteurs de ce monde multipolaire sous peine de devenir un objet et non un acteur de la globalisation en laissant filer les opportunités. Et de revenir au credo initial : il suffirait d’ouvrir et de développer des marchés crédibles, une politique crédible et un peu de démocratie pour que se forme le cercle vertueux de la richesse. Au passage il rappelle que l’UE c’est 60% de l’Aide Publique au Développement mondiale avant d’avouer, actualité oblige, que l’on a peut-être fait trop peu pour l’agriculture.

La présentation des principaux résultats des Perspectives économiques en Afrique n’apportait rien de plus qui ne soit dans le rapport. Ceux qui réussissent sont les pays qui ont des ressources et les vendent. Les exportations de pétrole et de minerais placent en tête de la croissance l’Angola, le Soudan, la Libye et l’Egypte. Louis Kasekende, Economiste en chef à la Banque africaine de développement remarquera que les pays sans accès côtier ont de moins bonnes performances et que l’on note plus de troubles et de durcissement de régime en 2006-2007. Javier Santiso, Directeur au Centre de développement de l’OCDE, revint sur l’importance de l’IDE comme facteur de croissance. Et de constater que les investissements étaient le fait de l’Asie : Chine, Russie, Moyen-Orient… exit l’Europe. Les marchés financiers quant à eux sont dominés à 90% par l’Afrique du Sud. Le portrait d’une Afrique toujours plus hétérogène donc.

Les telecom présentent leurs réalisations comme infrastructures indispensables au même titre que les routes. De l’IDE en perspective. Cette industrie qui rapporte, ce « marché facile où tous les concurrents font du beurre » n’a qu’un espoir : développer l’Internet, le broadband, câbler les campagnes, bancariser le monde rural (via les transferts d’argent sur mobiles). Seule ombre au tableau : la clientèle qui voit ses revenus baisser en raison de la hausse des produits alimentaires et pétroliers pourrait rogner sur ses dépenses telecom. C’est une façon de regarder la question. Pour certains pays le coût de ces infrastructures « modernes » totalement importées représentent une véritable fortune alors que l’eau, l’énergie, les routes font très largement défaut. Mais on s’extasie : la pénétration du mobile serait de 50%. Tout enfant africain qui nait aujourd’hui aura un portable à 50-75% dans les prochaines années.

La présence africaine de la Chine est diplomatiquement évacuée. L’UE reconnait ne pas être adaptée à l’aide post-conflit. C’est une aubaine qui entraine les BRIC nous dit-on mais il faudrait éviter de tomber dans l’économie de rente et la recolonisation. Çà ne manque pas de sel quant on connait le rôle séculaire de l’Europe en Afrique ! Les atouts de la Chine en Afrique tiendrait en trois mots : speed, efficacity, no-conditionnality. Les profits du sous-sol retourneraient en Chine puisque c’est elle qui construit les infrastructures.

Paris, 8ème Forum international sur les perspectives en Afrique, Ministre sud-africiane de l'Education (c) Yves Traynard 2008

La présentation de l’après-midi était consacrée à la formation : Investir dans la jeunesse africaine : le défi du développement des compétences réunissait deux ministes à la tribune : Grace Naledi Mandisa Pandor, Ministre sud-africaine de l’Education et Ibrahima N’Diaye, Ministre malien du Travail et de la formation professionnelle.

Le ministre malien revient sur les modèles occidentaux qui ont obnubilés les Etats à l’indépendance dont le leitmotiv était former comme le Blanc. Le modèle d’une éducation nationale forcément dispensée dans des locaux en dur, le mépris pour la fonction traditionnelle d’apprentissage qui existait depuis des siècles dans les campagnes, la formation a des métiers salariés ne disposant pas de débouchés faute d’industrie locale. Il souligne que 90% des ruraux sont formés de manière informelle par des proches. Il veut donc revenir aux réalités à la fois budgétaires et pratiques pour une formation selon ses moyens et ses besoins. Un ex. revaloriser l’apprentissage, entre autres pour diffuser les nouvelles techniques agricoles. Mais l’Afrique est diverse. La ministre sud-africaine ne croit pas trop qu’il faille revenir au calame en roseau ! Elle est plus proche de la BAD qui propose de :
– créer des centres d’excellence mutualisés nationaux et régionaux,
– réhabiliter les infrastructures,
– lier le public et le secteur productif.
La conclusion est revenue à Jean-Michel Severino, Directeur général de l’Agen
ce française de développement qui dressait un tableau synthétique et argumenté des enjeux qui attendent l’Afrique.


(*) Les PEA 2008 ont été présentées à Maputo (Mozambique) lors des 43èmes réunions annuelles de la Banque africaine de développement, le 11 mai, et lancées à Paris au Centre d’Accueil de la Presse Etrangère (CAPE) le 13 mai. Elles seront ensuite présentées au grand public lors du huitième Forum international sur les perspectives en Afrique, qui se tiendra au Ministère de l’Economie, des finances et de l’emploi le 27 juin prochain, à Paris.


Pour citer cet article (format MLA) : Traynard, Yves. « 8ème Forum international sur les perspectives en Afrique ». ytraynard.fr 2021 [En ligne]. Page consultée en 2021. <https://www.ytraynard.fr/2008/06/8eme-forum-international-sur-les-perspectives-en-afrique/>

  One Response to “8ème Forum international sur les perspectives en Afrique”

  1. PS.: Le site officiel du compte-rendu de l’évènement.

 Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>