Août 132006
 

Maputo, à bord du train Maputo- Ressano Garcia (c) Zacarias 2006
Secongene, la gare (c) Yves Traynard 2006
Bien sûr ce n’est pas l’Orient Express ni le Train bleu. C’est le pauvre train d’un pays pauvre. Le départ a pourtant de l’allure à la splendide gare CFM de Maputo. Très vite on découvre l’envers du décor. Les fenêtres n‘ont plus de vitre, les fauteuils sont en bois, et après quelques arrêts en banlieue nous sommes serrés comme crevettes en curry. Heureusement les Mozambicains sont gens forts sympathiques, calmes et d’une extrême patience. Les vendeuses de cacahuètes et d’oranges se frayent péniblement un passage dans les allées encombrées d’hommes et de bagages. A chaque station on charge et décharge des ballots, du bois, des victuailles ; on remet un colis et quelques nouvelles à l’émissaire d’une famille qu’on imagine perdue en brousse ; on achète des tomates, trois laitues… et on repart, doucement, doucement… pour parcourir en quatre bonnes heures les 100 km qui séparent Maputo de Ressano Garcia. On ne voyage pas pour le plaisir et cette ligne non électrifiée n’a rien de touristique. Si on l’avait oublié, les contrôleurs vous le rappellent. Interdiction de photographier. A notre descente du train nous sommes sermonnés par le chef de gare de Ressano Garcia, courtoisement mais avec menace de confiscation d’appareil en cas de récidive. Un peu fâchés, Zacarias et moi décidons de rentrer en chapas. Du reste les paysages buissonneux de la brousse sont vite monotones à l’exception des rives du rio Incomati. Détail qui en dit long sur le désengagement de l’Etat mozambicain : la sécurité des passagers est assurée par des gardes privés de la société Alfa Segurança !
Ressano Garcia est une ville dont on cherche le commencement mais dont on ne trouve que la fin. Une route qui butte contre un portail ; au-delà l’Afrique du Sud. C’est le destin des villes frontières qui donnent sur un pays de convoitise. L’antichambre de mille trafics dans les dizaines de gargotes du grand village.


Maputo – Ressano Garcia. Tous les jours départ 7h30, arrivée vers midi (samedi et dimanche départ à 8h) de la gare CFM. Retour une heure plus tard. Arrivée à Maputo vers 18h. A/R, 200 km : 1 euro ! Nombreux chapas pour le retour au départ du poste frontière de Ressano Garcia (70 Mtn). Aucun train pour l’Afrique du Sud.


Pour citer cet article (format MLA) : Traynard, Yves. « Ressano Garcia ». ytraynard.fr 2019 [En ligne]. Page consultée en 2019. <http://www.ytraynard.fr/2006/08/ressano-garcia/>

 Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>