Nov 172008
 
La Maison de la Chine, agence de voyage du groupe Maisons de… qui délimite la place Saint-Sulpice double ses séances de préparation au voyage d’un cycle de conférences passionnantes(*). Une initiative suffisamment rare (unique ?) qui mérite d’être signalée. Car les réunions préparatoires ciblent en général l’histoire, l’architecture, les cultures, quant elles ne se limitent pas aux questions pratiques. Bref on y disserte art gothique, mantras, recette du thé à la menthe, figures du yoga, danse africaine, art du marchandage ou danger du cornet à glace… jamais de classe sociale, de pollution, d’urbanisme, de migration. La Maison de la Chine, elle, ose aborder ces questions de société et le fait en s’entourant de spécialistes. Ce soir c’est Thierry Sanjuan(**), géographe et sinologue, auteur d’un très utile Atlas de la Chine chez Autrement qui présentait les itinéraires vers la modernité qu’empruntent Pékin et Shanghaï(**). D’emblée, devant un parterre de touristes il prévient : « il faut dépasser l’espace touristique des centres-villes » pour comprendre ces métropoles et ajoutera un peu plus tard « bien souvent ce qui est intéressant c’est ce qu’on ne voit pas. » Une évidence mais qu’il est bon de rappeler parce qu’elle fixe les limites de l’expérience touristique et rend au combien précieuses ces préparations.
Avant de commencer le conférencier énumère ce qui rassemble Pékin et Shanghaï aujourd’hui. Ces deux métropoles participent avec éclat d’une actuelle mise en scène du retour en puissance de la Chine. Le renouvellement de leur bâti accompagne les mutations d’une société urbaine où le marché l’emporte sur le planifié, le privé sur le collectif, voire l’individu sur la communauté. De nouvelles formes d’espaces communs apparaissent désormais en rupture avec les anciennes institutions d’encadrement social  » avant de préciser que néanmoins « Pékin et Shanghai témoignent aussi de deux itinéraires différents dans le processus de modernisation, et leurs vocations sont historiquement et politiquement diverses dans le dispositif chinois : la capitale impériale, hier instrumentalisée par le pouvoir maoïste, et l’ancienne métropole des concessions étrangères s’opposent ainsi toujours dans un rapport ambivalent à une modernité qui se doit d’être à la fois internationale et chinoise.« 

Elles s’opposent géographiquement d’abord. Pékin est une ville d’arrière-pays, sans fleuve, qui se repose sur Tianjin pour son débouché maritime. A l’inverse Shanghai est un port, le débouché maritime de la ville de Nanjing traversée par le Yang Tsé qui remonte jusqu’au barrage des Trois Gorges et au-delà à la métropole industrielle de Chongqing.

Pékin

Pékin est la ville des enceintes imbriquées. Une façon pour les Chinois de se distinguer de l’autre, d’être dans l’entre-nous, dans l’intime. C’est cette même exigence de protection dont témoigne la muraille de Chine. Les enceintes de Pékin, construites autour de la ville de l’empereur sont elles-mêmes propres à alimenter tous les fantasmes, hier les intrigues impériales, aujourd’hui les rumeurs politiques. Au sud se trouvait la ville du petit peuple. Cet ordonnancement est finalement peu remis en cause. Les axes modernes semblent contourner ce « vide » central impérial et reproduire par des périphériques gigognes (2ème, 3ème 4ème, 5ème !) le rectangle original, avec très peu d’axes radiaux. Pour avoir longtemps respecté l’interdiction de dépasser la hauteur de la Cité interdite la ville est « anormalement » étendue. La capitale ainsi quadrillée est formée de gigantesques îlots où le piéton n’est pas le bienvenue, où tout se joue à l’échelle locale,dans des sortes de villages urbains, dans une logique de perpétuelle extension. Aujourd’hui les constructions remplissent progressivement l’espace entre le quatrième et cinquième périphérique. L’axe qui reste le principal est celui est-ouest qui marque la naissance en 1949 de la capitale communiste. Cet axe borde la place Tiananmen. Un espace urbain minéral qui forme la plus grande place au monde, à la gloire de l’empereur puis du communisme par une même logique de célébration du pouvoir.
La ville est zonée. Au sud les usines, les quartiers pauvres, au nord-ouest les universités, au nord les complexes sportifs depuis les J.O. A l’est on trouve les ambassades et les quartiers d’affaires. Le centre-ville au sud de la Cité interdite a longtemps été épargné au bénéfice du social. Depuis 1990 les fameux hutong, cet habitat populaire en bâti traditionnel, sous-équipé, mal entretenu, inadapté à la modernité triomphante, va faire l’objet de toutes les convoitises du public et surtout du privé. On rase les hutong, dans une logique nouvelle, celle de la verticalité, avec une totale liberté laissée aux entrepreneurs. Fin 90 de nouvelles logiques sont à l’œuvre qui visent à maintenir une mixité sociale en offrant aussi de l’habitat subventionné. La protection du patrimoine, d’abord des monuments, puis de certains secteurs (les lacs, la ville mandchoue) devient une préoccupation. On va même jusqu’à reconstruire du vieux… flambant neuf. Mais les hutongs sont désormais l’exception, les JO ayant accéléré la reconstruction des quartiers centraux.
Thierry Sanjuan se lance ensuite dans une description du hutong, qui me rappelle les quartiers résidentiels des cités du désert dont je peux témoigner de Damas à Yazd, de Khiva à Kashgar. Maisons basses, façades presque aveugles sur rue, peu d’espace public, cour intérieure dérobée à la vue du passant. Mais comme Lucien Bodard notre conférencier « n’aime pas la Chine pour son folklore » et il est vrai que ces hutongs ont fait l’objet d’assez d’études. Plus originale fut la description des quartiers modernes qui constituent l’espace résidentiel contemporain des classes moyennes de la capitale. Des îlots cloisonnés par la verdure et les voies routières, inadaptés aux piétons, des espaces fermés, grillagés, ségrégés comportant leurs propres commerces voire un poste de police, un tribunal, un hôpital. Dans cet urbanisme la
tour est la norme recherchée et valorisée. Les étages les plus chers se situant à mi-hauteur.
La grande distribution étrangère (Wall-Mart, Carrefour, Auchan…) est reléguée en périphérie aux 2ème et 3ème périphériques sur des espaces auxquels on accède en bus ou en métro. Des centres commerciaux, distincts des hypermarchés, chauffés et climatisés constituent le lieu de récréation des jeunes et des cadres moyens urbains. Une logique commune que j’ai vu à l’œuvre dans beaucoup de pays en développement, en Afrique australe, Egypte ou Asie du Sud-Est par exemple.

Shanghai

Shanghai raconte une toute autre histoire. Création coloniale, même si elle ne comptait pas plus de 2 a 3 % d’étrangers elle eut ses heures de gloire au début du XXe s. se positionnant comme le premier pôle chinois de Chine et d’Asie. Elle fut tricéphale : française, internationale et chinoise, avec ses quartiers distincts étrangers et surtout chinois, une ville portuaire mais aussi ouvrière comme en témoigne la création du PC Chinois. C’est une ville à façade, avec son Bund (quai) qui remonte aux années 20-30, une métropole chinoise plus à même d’assimiler la modernité que Pékin. Considérée comme un foyer de bourgeois et de dépravation la ville fut muselée par le PCC jusqu’à ce que Deng Xiaoping en 1992 décide de promouvoir son développement. Jusqu’en 1980 la ville n’avait pour ainsi dire pas bougé. Ce renouveau qu’illustre la mise en valeur des quartiers centraux (surélèvement du Bund) mais aussi le formidable essor de la périphérie est favorisé par le fait que les cadres de Pékin des années 90 sont issus de Shanghai et ont à cœur de favoriser leurs réseaux. La métropole est en passe de devenir le premier port de Chine ; elle hébergera d’ailleurs l’exposition universelle de 2010. De son passé la ville a hérité des pratiques urbaines des années 20-30. A la différence de Pékin les piétons peuvent circuler dans le centre-ville. Un des axes majeurs de circulation a su se faire aérien. Face au Bund, Pudong est devenu l’espace où s’érige la modernité avec ses tours et bâtiments modernes, hélas pas toujours harmonieux. L’ancien champ de course s’est fait immense jardin public.
La modernisation a chassé près de trois millions de Shanghaiens des lilong du centre vers la périphérie. C’est surtout en banlieue que ce plan traditionnel est reproduit – parfois jusqu’au pastiche – dans une orientation en barres nord-sud ceinturées de commerces. Pour s’aérer, la ville a entamé un ambitieux schéma directeur constitué du centre historique et de neufs périphéries.

C’est dans ces centres nouveaux que Thierry Sanjuan nous conduit en images. A Minhang, par exemple, on visite du résidentiel neuf entouré de verdure, à Songjiang des pavillons au milieux de champs consacrés à l’horticulture, une agriculture péri-urbaine tenue par des migrants de l’intérieur. Des villes nouvelles poussent de terre, construites par des architectes étrangers développant des imitations étonnantes : style sino-italien à Minhang, Thames town à Songjiang, ville allemande à Anting. Des espaces que peu de touristes iront voir, c’est sûr !

(*) Maison de la Chine, Cycle de rendez-vous culturels
(**) Le site GeoChina de Thierry Sanjuan. Atlas de la Chine, les mutations accélérées, par Thierry Sanjuan, cartographie de Madeleine Benoît-Guyod. Paris, Autrement, 2007, 80 pages.
(***) Conférence du 17/11/2008 à 18H30. PEKIN ET SHANGHAI : DEUX ITINERAIRES DE VILLES VERS LA MODERNITE Thierry Sanjuangéographe spécialiste de la Chine et professeur à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, a dirigé « Le Dictionnaire de la Chine contemporaine », Armand Colin, 2006.


Pour citer cet article (format MLA) : Traynard, Yves. « Pékin et Shanghai ». ytraynard.fr 2021 [En ligne]. Page consultée en 2021. <https://www.ytraynard.fr/2008/11/pekin-et-shanghai/>

 Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>