Nov 192005
 
Promenade dans la ville brumeuse. Ombre, lumière et solitude.
Le soleil est un astre froid.
Paris, Rue Piat, Jardin de Belleville (c) Yves Traynard 2005
Paris, Rue Piat, Jardin de Belleville (c) Yves Traynard 2005
Paris, Rue Piat, Jardin de Belleville (c) Yves Traynard 2005

Solitude encore à 17h aux Abbesses. Tout de noir vêtue la Libanaise Ghada Shbeir nous interprète debout, seule, a cappella, des chants syriaques qui remontent à l’aube des temples et me rappellent le Proche-Orient des premières cités. Extrait de Majdou Mariyam un chant traditionnel maronite enregistré par mes soins, clin d’oeil à Myriam qui écoute, religieusement, à mes côtés, dans cette salle glaciale des Abbesses.



Pour en savoir plus :

  • France-Culture consacre son émission Décibels à Ghada Shbeir avec l’éminent ethnomusicologue Christian Poché
  • Le programme du concert des Abbesses produit par le Théâtre de la Ville
  • Le site de l’église syriaque orthodoxe
  • Le site de Ghada Shbeir


Pour citer cet article (format MLA) : Traynard, Yves. « Froides solitudes ». ytraynard.fr 2021 [En ligne]. Page consultée en 2021. <https://www.ytraynard.fr/2005/11/froides-solitudes/>

 Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>