Oct 242006
 

Comme dit A. ça sent l’écurie. Y’a du laisser aller sur ce blog, les chroniques prennent du retard. C’est que dans un mois, oxalá, je serais à Paris ! Je pense donc au retour mais d’abord à consolider ce séjour. Sur le plan professionnel (là le timing est calé) et sur le plan de la découverte. Car je n’aurais pas vu grand chose du Mozambique. Maputo (beaucoup) ses environs un peu, le reste du pays nada à l’exception notoire de Ilha de Mozambique. La faute au travail, à l’absence de voiture et surtout à la très mauvaise situation géographique de Maputo totalement excentrée à l’extrême sud du pays. Pour aller à Beira, Nampula, Vilanculos, Tete, au lac Malawi… il faut l’avion et les horaires comme les tarifs sont incompatibles à une escapade d’un week-end. L’idéal pour une vraie découverte du pays c’est un aller Maputo et un retour par Pemba, Dar es Salam ou le Malawi et entre les deux le bus et deux mois de temps. Pour voir encore ce qui peut l’être je me fixe un calendrier rigoureux pour les derniers week-end. Je projette de me rendre à Inhambane la plus lointaine destination atteignable en moins d’une journée de bus (lors du prochain pont), à Namaacha à la frontière swazie, à Inhaca au large de Maputo à une heure de bateau. Et s’il reste un peu de devises je songe à m’offrir un safari (photo) d’une journée au parc Kruger en Afrique du Sud.


Pour citer cet article (format MLA) : Traynard, Yves. « Ca sent l’écurie ». ytraynard.fr 2020 [En ligne]. Page consultée en 2020. <http://www.ytraynard.fr/2006/10/ca-sent-lecurie/>

 Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>