Fév 072011
 


Grande journée printanière sur l’île de Putuoshan, en mer de Chine, haut-lieu du bouddhisme chinois.

Trajet éprouvant. A l’aller, l’épais brouillard ayant interdit toute sortie du ferry, la providence et quelques yuans m’ont offert une solution alternative.
Un minibus qui joue à saute-mouton d’île en île jusqu’au port de Shenjiamen.
2h de trajet, suspendu au-dessus d’une baie très vallonnée et arborée
Là, je rejoins une foule immense, exclusivement chinoise, pour emprunter un ferry pour faire la petite traversée jusqu’à Putuoshan(*).
On fait le tour de l’île qui culmine à presque 300 m en une journée de marche. Mais ce sont surtout les temples qui constituent l’attraction majeure.
Après en avoir vu trois, mon quota est largement atteint. Assez de pénitents génuflexés, d’encens diffus, de moinillons orangés, de bouddha dorés, de musique lancinante en boucle. Je me lasse moins du cadre. Le beau temps participe à l’émotion. Je monte au point culminant de l’île à pied.
Une belle île, volontairement épargnée par la circulation automobile, toute entière dévouée au tourisme religieux.
Au retour, la brume s’étant levée, le bateau fonctionnait à nouveau(**).


(*) aller en bus collectif privé Laowaitan->Shenjiamen, 100¥. Traversée Shenjiamen->Putuoshan 16¥. Entrée du site : 200¥.
(**) retour Putuoshan -> Laowaitan, 75¥. Compter près de 3h. Très mauvaise route entre le port de Daxie sur le continent et Ningbo.


Pour citer cet article (format MLA) : Traynard, Yves. « Putuoshan ». ytraynard.fr 2021 [En ligne]. Page consultée en 2021. <https://www.ytraynard.fr/2011/02/putuoshan/>

 Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>