Déc 132008
 
Il existe une géographie complexe qui départage les sites dits touristiques de ceux qui ne le sont en aucun cas. On connaît les lieux délibérément créés ou aménagés pour les touristes : les plages, nos châteaux de la Loire, Disneyland et tant d’autres. Une signalétique, des circuits, des guides leurs sont dédiés. Et puis il y a les sites – infiniment plus nombreux – interdits aux touristes et plus généralement au public, là où s’applique la propriété privée, qu’elle soit individuelle (habitat) ou collective (entreprises, administrations…) On n’y entre qu’avec un bon motif et le tourisme n’en fait pas partie. Sauf exceptions. Certaines entreprises proposent des visites très accompagnées et généralement plutôt intéressées. C’est le cas d’artisans (miellerie, fromagerie…) comme de puissants groupes industriels tels qu’Airbus.
Et puis il y a des zones grises. Si les marchés de détails sont ouverts et très prisés – on leur associe pittoresque et couleur locale – les marchés de gros sont plus rarement accessibles. Le touriste très matinal pourra ainsi visiter plus ou moins subrepticement la criée de la Rochelle(*), Rungis(**) ou le plus grand marché de gros mondial celui de Tsukiji, à Tokyo(***). Plus pour longtemps, puisque les ventes aux enchères de thon viennent d’être interdites aux touristes étrangers « Nous avons décidé de leur barrer l’accès car ils photographient au flash et touchent les thons pendant le déroulement des enchères », a expliqué Akiko Ueyama, porte-parole de la municipalité de Tokyo. « Le marché n’est pas une attraction touristique mais une place pour les ventes aux enchères de poissons », a-t-elle souligné(****). Géographie mouvante et très codifié des sites touristiques où tout ne peut s’offrir au touriste de masse. Et c’est bien dommage que la curiosité légitime pour ce qui remplit notre assiette soit ainsi brimée.
(**) Visit Rungis.com (moyennant 65€ par personne)
(***) Site du marché central Tsukiji au poisson. voir aussi : Tâtons le thon de Tokyo, Philippe Môlé, Le devoir, Canada, 22-23 mars 2008.

Pour citer cet article (format MLA) : Traynard, Yves. « Tourisme de mauvais thon ». ytraynard.fr 2021 [En ligne]. Page consultée en 2021. <https://www.ytraynard.fr/2008/12/tourisme-de-mauvais-thon/>

  One Response to “Tourisme de mauvais thon”

  1. Fish market allows tourists back, The world’s largest fish market is reversing a month-old ban on tourists at its riotous early-morning auctions, BBC News, Sunday, 11 January 2009. « We recognise that the auctions are part of the Tokyo scenery and popular tourist attraction » a market local official told AFP news agency.

 Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>