Mar 062008
 

Partir, mais pourquoi donc ?
Morad inspecta ses babouches et me répondit :
– Parce que je ne vois plus ma ville.
– Comment ça ?
– Les étrangers ont volé mes yeux. […]
– Depuis que nous avons une parabole sur le toit, nous sommes happés par l’autre monde ; aveuglés par sa lumière, au point que la médina nous paraît désormais comme une gigantesque décharge, un rebut de misère et de ruine.(*)


(*) Mahi Binebine, Le griot de Marrakech. Ed. de l’aube, 2006. (Les yeux volés, pp.99-100)


Pour citer cet article (format MLA) : Traynard, Yves. « Les yeux volés ». ytraynard.fr 2021 [En ligne]. Page consultée en 2021. <https://www.ytraynard.fr/2008/03/les-yeux-voles/>

 Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>