Jan 292008
 

Créteil, Palais de justice (c) Yves Traynard 2006L’affaire étant jugée(*) et documentée, je me permets de livrer mes commentaires sur l’Arche de Zoé. Après tout j’ai fait quelques études en humanitaire. Contrairement au titre aguicheur de l’émission de France 3 – au demeurant fort bien faite(**) – il n’y a en effet plus vraiment de mystère autour de cette affaire. Les amateurs de la théorie du complot en seront pour leurs frais. Du reste ils planchent déjà sur la Société Générale.

De quoi est faite cette affaire à la lumière des éléments livrés ? De beaucoup d’inconsistance de la part de l’Arche de Zoé.

  • D’une méconnaissance élémentaire du terrain et de la géopolitique (les rapports de force en présence, les sociétés locales, la situation des populations au Darfour, la confusion entre zone de combat et de réfugiés, l’embarras de la France si l’opération avait « réussi »…),
  • D’un mépris royal des règles internationales en matière humanitaire (conventions de Genève en tête),
  • D’un ethnocentrisme suffisant (ignorance des différences entre orphelin en Afrique et en Occident, de la complexité des peuplements…),
  • D’un amateurisme renversant (absence de contrôle des informateurs, mépris des mises en garde françaises),
  • De mensonges généreux (aux autorités tchadiennes comme françaises et internationales sur les véritables fins de l’opération, au personnel local, aux membres de l’association),
  • D’une disproportion entre moyens et résultats (affréter un avion pour mettre à l’abri une centaine d’enfants alors que la guerre a fait des millions de réfugiés permet de douter du bon usage des fonds recueillis),
  • D’une vision de l’humanitaire comme justicier du monde doublée d’un impérialisme culturel qui explique – même instrumentalisée – la réaction outrée du Tchadien de la rue,
  • D’un habile usage de la corde sensible pour attirer les finances et poursuivre le projet (« Dans quelques mois, ces enfants seront morts« (***), la perspective de l’adoption…).

Pour toutes ces raisons l’Arche de Zoé devait être sanctionnée. D’autant qu’elle a décribilisé les organisations qui, sur place, travaillent dans le respect d’une éthique humanitaire consensuelle faite de respect et de confiance. On me trouvera sans doute sévère avec mes collègues, car le conflit au Soudan est grave et la communauté internationale impuissante à l’arrêter. Mais l’humanitaire n’a pas vocation à solutionner les conflits. On peut néanmoins déplorer que les sanctions n’aient pas distingué les dirigeants des employés de l’Arche. La justice tchadienne avait visiblement des consignes issues d’arrangements politiques pour permettre à la France de sortir au plus tôt de cette affaire. Elle a rendu un verdict sans grande étude du dossier. Un jugement que la justice française ne peut pas désavouer sous peine de ridiculiser le gouvernement tchadien que la France soutient. Les détenus n’ont plus qu’à espérer une grâce d’Idriss Déby et des remises de peine.


(*) Verdict d’hier : « Arche de Zoé : la justice prononce une peine de substitution de huit ans de prison contre les six accusés« , LEMONDE.FR avec AFP, le 28.01.08.
(**) A revoir sur le site de France 3. Les mystères de l’Arche de Zoé. Pièces à Conviction n°64. Emission du dimanche 6 janvier.
(***) voir le site de l’Arche.


Pour citer cet article (format MLA) : Traynard, Yves. « Les mystères de l’Arche de Zoé ». ytraynard.fr 2021 [En ligne]. Page consultée en 2021. <https://www.ytraynard.fr/2008/01/les-mysteres-de-larche-de-zoe/>

 Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>