Fév 162007
 

Je vous dois le compte-rendu du Forum Social Mondial 2007 de mardi. Un mot d’abord sur les Alternatifs qui nous accueillaient. Les Alternatifs, est un mouvement politique fondé en 1998 à partir notamment de l’Alternative rouge et verte (AREV) formée en 1988 par les comités soutenant le communiste rénovateur Pierre Juquin à l’élection présidentielle de l’époque, et par d’anciens membres du PSU auto-dissous en 1989 (dont sont issus Rocard, Bouchardeau, Lang…). Un mouvement généralement positionné dans la gauche non parlementaire, pas très loin de l’extrême-gauche. Les Alternatifs soutiennent le candidat José Bové aux prochaines élections. Voilà pour le contexte.
Ce qui m’a conduit à me rendre à cette présentation c’est le peu d’informations qui a filtré du FSM 2007 de Nairobi. Si je n’en sais guère plus sur la teneur des échanges, l’information apportée sur le positionnement et l’organisation du FSM était de première main ce qui n’est déjà pas si mal.
La présentation était faite par Mathieu Colloghan et sa collègue ainsi que d’autres militants présents à Nairobi. Précision : ce compte-rendu n’a rien d’exhaustif sur ce qui s’est dit mardi soir et encore moins sur le FSM.

  • Histoire du FSM

En gros le Forum social Mondial apparaît dans la mouvance anti-mondialisation initiée par la bataille de Seattle et le Chiapas des néozapatistes. Le premier forum s’est tenu à Porto Alegre en 2001 en parallèle au Forum Economique Mondial de Davos à l’initiative du maire de Porto Alegre, du Monde diplo et de nombreux mouvements qui s’y sont joints. Il a réuni 16000 inscriptions. Sa devise : « Un autre monde est possible ». A l’issue de ce premier forum une charte définissant les principes des FSM a été définie. L’article premier stipule « Le Forum Social Mondial est un espace de rencontre ouvert visant à approfondir la réflexion, le débat d’idées démocratiques, la formulation de propositions, l’échange en toute liberté d’expériences, et l’articulation en vue d’actions efficaces, d’instances et de mouvements de la société civile qui s’opposent au néolibéralisme et à la domination du monde par le capital et toute forme d’impérialisme, et qui s’emploient à bâtir une société planétaire axée sur l’être humain. »
Les 3 premiers forums et le cinquième se sont déroulés à Porto Alegre. Celui de 2004 s’est tenu à Bombay. Celui de 2006 fut « polycentré » sur trois continents Caracas, Bamako et Karachi. En 2007, le FSM se tenait à Nairobi au Kenya.

  • Qui dirige le FSM ?

Pas de direction au sens classique
Un Conseil international regroupant les délégués des mouvements participants au FSM
Un Comité d’organisation au sein du pays d’accueil
Un Secrétariat permanent au Brésil

  • Un démarrage raté

Le FSM 2007 semble avoir souffert de graves défauts d’organisation. Il a assez mal démarré avec une publication des programmes très en retard, l’éloignement du centre-ville, un prix d’entrée exorbitant pour les Kenyans, des prix de repas et de boissons élevés… Le comité d’organisation kenyan aurait été noyauté par des partenaires privés ! A leur décharge, 40 000 participants, 1200 débats sur 4 jours ce n’est pas de la kermesse scolaire !

  • Contenu

Une centaine de débats en même temps donc difficile d’avoir une idée d’ensemble. Mais généralement de bonne qualité et bien préparés. Parmi les thèmes abordés : rapports N/S, accès à l’eau, genre, démocratie, féminisme, sans terre, migration, SIDA, la souveraineté alimentaire…
De nombreux participants ont été déroutés de découvrir un stand contre l’avortement tenu par des religieux !

  • Bilan

Peu de retombées presse .Peu de médias font l’effort de venir. Inversement le FSM ne publie pas de compte-rendu des débats,
Malgré les tentations d’en faire une instance politique, un « gouvernement mondial », le FSM reste un simple lieu d’échange entre acteurs de l’anti-mondialisation,
Pas de plate-forme commune, pas de discours commun et donc pas d’action d’envergure qui ait du poids face au FEM ou au G8,
Le FSM reste une « dynamique mouvante », le « FSM est en marche même en désordre »,
Néanmoins sert de prise de conscience, d’échange d’expériences et de renforcement des réseaux militants mondiaux,
Un trou d’1/2 millions d’euros (estimation),
Des thèmes peu ou pas abordés : les conflits, le Moyen-Orient…,
En bref une « rentabilité » faible mais un espoir pour les sans-voix.

  • L’avenir du FSM

Pas de grand forum pour 2008 mais des mobilisations. Cette pause devrait permettre une remobilisation européenne. Un Forum Social Mondial prévu en 2009, mais le pays d’accueil n’est pas encore désigné.

  • En marge, la crise interne chez Attac

Quelle est donc la cause de la grave crise interne de ce qui fut le fer de lance de l’altermondialisme en France ? Des visions différentes (un parti, un mouvement, un idéal…) une réforme organisationnelle qui accouche d’élections truquées sur fond d’ambitions personnelles ! Pas brillant, mais l’homme est l’homme quelque soit ses prétentions et son discours. Depuis 2005 le mouvement ne s’en remet pas… ça laisse de l’air pour les autres composantes alter-mondialistes mais l’effet porte-voix a fortement diminué.


Le site des Alternatifs
Le journal de la délégation des Alternatifs au 7e Forum Social Mondial de Nairobi
Le site du Forum 2007
Le site du FSM
Le dossier de Libération sur le FSM 2007 (assez complet et encore en accès libre)


Pour citer cet article (format MLA) : Traynard, Yves. « Forum social mondial 2007 ». ytraynard.fr 2021 [En ligne]. Page consultée en 2021. <https://www.ytraynard.fr/2007/02/forum-social-mondial-2007/>

 Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>