Jan 182007
 




« Regardez le tableau de Joseph Vernet : sur le port de Marseille, il y a autant de calots que de turbans ! »(*)

Vue de l’intérieur du Port de Marseille, prise du Pavillon de l’Horloge du Parc.

L’immense quantité de bâtimens dont le Port est rempli , les deux parties de la ville qui le bordent de chaque côté, la multitude de personnages de tout âge et de diverses nations occupés de leurs affaires ou attirés par la curiosité, offrent dans ce Tableau la scène la plus riche et la plus animée que puisse créer l’imagination d’un artiste. La teinte brillante de l’horizon et le mouvement des nuages ajoutent encore à la vivacité de cette admirable composition. Plus on l’examine, plus on y découvre de beautés  réelles puisées dans l’étude de la nature. Sous le rapport de l’exécution , ce Tableau réunit à un degré éminent la vigueur du colons et la fierté du pinceau. Il est sorti de la main du peintre la même année que le précédent. [1754] (**)

(*) Marseille ou l’Orient à domicile ! par Bruno Etienne, site LDH.

(**) Les ports de France: Peints par Joseph Vernet et Hue, dont les tableaux enrichissent la galerie du sénat conservateur, au Luxembourg,… On y a joint les portraits des auteurs, et l’ouvrage précédé de la vie de J. Vernet. Par M. P. A. Mxxx. De Pierre Auguste Marie Miger, P Aug Mar Miger, Jean François Hue. Illustré par Joseph Vernet, Jean François Hue. Publié par Chez l’éditeur [etc.], 1812. 126 pages. p.11-12.

Pour citer cet article (format MLA) : Traynard, Yves. « Des turbans à Marseille au XVIIIe siècle ». ytraynard.fr 2021 [En ligne]. Page consultée en 2021. <https://www.ytraynard.fr/2007/01/des-turbans-a-marseille-au-xviiie-siecle/>

 Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>