Mai 222008
 

Fin de ce voyage aux marges de l’Egypte. Aux marges car l’Egypte, historique, densément peuplée, rurale et aussi touristique c’est d’abord le Nil. Or je n’ai vu du Nil que ses terminaisons lorsqu’il se jette en rameaux étiolés dans la Méditerranée.


Agrandir mon itinéraire égyptien 2008

J’ai ignoré les pyramides et même le fabuleux Caire islamique. Au tourisme de l’Egypte millénaire j’ai préféré la villégiature dans ces confins qui signent pourtant l’inscription d’un pays au monde. Que ce soit dans les oasis du côté de Siwa, de Marsah Matruh, d’Alexandrie, du Canal de Suez, ou dans ces villes champignons de la mer Rouge une autre Egypte s’invente, s’inscrit dans le sable et par le ciment, le bitume et l’acier. Moins populeuse, son dynamisme économique correspond assez peu à l’image de l’Egypte millénaire. Cette Egypte porteuse d’espoirs – mais aussi d’angoisses – mériterait plus d’attentions pour sortir de clichés éculés.

Al-Quseir, boutique (c) Yves Traynard 2008

Al-Quseir, boutique (c) Yves Traynard 2008

Pour citer cet article (format MLA) : Traynard, Yves. « L’Egypte des marges ». ytraynard.fr 2021 [En ligne]. Page consultée en 2021. <https://www.ytraynard.fr/2008/05/l%e2%80%99egypte-des-marges/>

 Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>