Mar 282008
 

Siwa (c) Yves Traynard 2008 Après une soirée agitée, avec mariage tonitruant autour de la place centrale et pétarades nocturnes, c’est relâche à Siwa malgré le marché hebdomadaire qui se tient près de la mosquée toute pimpante du roi Fahd. Des chèvres, quelques fruits, des légumes. Siwa (c) Yves Traynard 2008
Rien de grand. Mais des produits sains, goûteux, gorgés d’eau et de soleil, qui proviennent des jardins alentour, comme vous n’en trouverez pas sur vos marchés car ils échappent à tout souci de calibrage !
L’hôtel Keylani – que je convoitais – s’est vidé de ses drôles de pensionnaires. Il était occupé par l’équipe médicale de l’hôpital itinérant qui réalise des opérations chirurgicales plusieurs fois par an à la clinique de Siwa . Mais pas plus cet hôtel que d’autres pensions concurrentes du village, ne pouvaient servir mieux mes exigences que le Yousef Hotel où je suis descendu le premier jour et qui affiche complet en permanence(*). Une chambre claire et fraîche, au dernier étage pour éviter l’ensablement qui menace mon ordinateur et mes photocopies, la proximité du restaurant Abdo ma cantine définitive(**), une salle de bain, un petit balcon pour s’aérer entre écriture et relecture, une table et une chaise, une prise électrique pour l’électronique et un tarif qui n’autorise aucune réclamation mais permet le séjour prolongé. Mon choix étant arrêté, j’ai aménagé la chambre pour mon confort. Ça a donné lieu à un grand ménage de tout ce qui m’a semblé superflu (tapis poussiéreux, fleurs en plastique…), quelques réparations-minute, balayage, lavage, transformation du deuxième lit en canapé et coffre pour mes effets. Me voilà comme chez moi pour ces prochaines semaines. Pour moi c’est un retour après mon premier séjour en 2003.


(*) Yousef Hotel, place du marché. Siwa. 3 € la nuit. Chambre double. Chambre 22.
(**) Restaurant Abdo, face à l’hôtel Yousef. Depuis des années. Toujours aussi simple et bon. Caviar d’aubergine fondant, olives citronnées du crû, couscous de légumes en cassolette hypnotique, chich taouk copieux et parfumé. Soupes aux langues d’oiseau et de lentille. Sa terrasse au nord ombragée. Le maître des lieux trône, hiératique, mais ne tient pas la caisse. Le restaurant Abdo passe en boucle Aïcha, l’indifférente de Khaled. Amour à sens unique qu’aucun poème ne retient.


Pour citer cet article (format MLA) : Traynard, Yves. « Installation à Siwa (سيوه) ». ytraynard.fr 2021 [En ligne]. Page consultée en 2021. <https://www.ytraynard.fr/2008/03/installation-a-siwa-%d8%b3%d9%8a%d9%88%d9%87/>

 Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>