Fév 102008
 

De passage à la librairie Mona Lisait de la rue Saint-Martin(*), un soldeur condamné en cette saison à la surenchère (il affiche des « soldes de soldes »), j’ai trouvé des piles de la défunte revue « Le visiteur » dont l’accroche était « ville, territoire, paysage, architecture ». Régal ! Je découvre dans la livraison de printemps 2002(**), un article où Soline Nivet analyse avec acuité et pertinence le Guide du routard consacré aux « Banlieues de Paris »(***). La périphérie y est présentée comme une destination exotique et méconnue, propre à l’exercice de cet esprit de découverte qui distingue le routard du vulgaire touriste. L’auteur démontre que ce regard décalé conduit lui-même à d’autres clichés.

  • La cartographie des sites au sommaire du GDR donne une géographie, un territoire, une définition de la banlieue qui ne recouvre nullement la carte administrative de l’île de France ni celle de la petite ceinture excluant plaines d’agriculture périurbaines, plateaux,…
  • Les usines n’ont d’intérêt qu’à partir du moment où elles ne fonctionnent plus,
  • La banlieue n’est insolite que par rapport à Paris,
  • On ne s’intéresse qu’aux petits coins « sympas » au détriment de l’étendue ou de l’inconnu,
  • On fuit ce qui est trop véritablement authentique pour s’intéresser à ce qui fleure bon la banlieue ouvrière comme on la rêve (guinguettes, derniers prolos, centres piétons…)
  • On évite ou on tire un trait laconique sur tout ce qui fâcherait le regard touristique. A ce titre la sélection des curios de la Courneuve est édifiant.

« On en conclura d’abord, écrit l’architecte, que le guide ne nous parle pas de la banlieue, mais de tout ce qui, pour lui, n’en est pas et pourtant s’y trouve »… ou « ce qui s’y trouve et ne se trouve plus ailleurs ». En d’autres termes, en cherchant l’exotisme et le pittoresque, le Routard recrée des poncifs là où il voulait éviter les lieux communs. Cette conclusion s’appliquerait volontiers aux itinéraires de l’agence Ça se visite. Preuve d’un certain flottement, depuis 2004, le titre a été rebaptisé successivement Routard Ile de France puis Environs de Paris.

Au sommaire du même numéro du Visiteur : Cologne, notes sur la rive aveugle(****). Le Schäl Sick (littéralement « la rive aveugle ») est une région de la périphérie de Cologne. Boris Sieverts l’a souvent parcourue – seul, mais surtout comme guide des randonnées pédestres qu’organise dans les marges des villes son agence de voyages urbains. Le récit qu’il livre de cette épreuve de la périphérie consigne avec minutie les situations et les rencontres, analyse les sensations qu’elles font naître et tente de formuler le projet qui sous-tend ses excursions dans ce type de territoire, celui d’une « densification poétique » du monde. Parole à ce un guide singulier « Je donne une densité poétique à la périphérie colonaise et transforme sa perception habituelle. Cette perception naît grâce à un cheminement très sélectif. Bien que je mette des mois pour le baliser, mon chemin à travers ce territoire est en fait moins sélectif que les autres chemins quotidiens. Je prends des éléments représentatifs et je les compose de manière à peu près représentative pour peindre une image. » Voilà une démarche proprement originale entre tourisme et art éphémère !


(*) Mona Lisait
(**) Le Visiteur a été créé dans l’intention expresse de produire sur l’architecture, l’urbanisme et le paysage une réflexion critique fondée sur la visite, c’est à dire sur l’expérience active des situations construites. Sommaire du Visiteur n°8. « Dans le numéro 8, nous avons choisi de rendre compte de l’impulsion qui pousse un peu partout de nouveaux promeneurs à arpenter les marges, les confins, les trous et les vacances des territoires («chemineurs», Stalker, etc…). L’ampleur du phénomène, très fort dans les milieux de l’art et de l’architecture, et son caractère nettement international, nous poussent à interroger ses raisons, ses genres et ses présupposés, et à réfléchir à nouveaux frais, dans cette perspective, sur l’entreprise même du «Visiteur».« 
(***) L’insolite banlieue du Guide du routard. Soline Nivet. Le Visiteur (2002, printemps), n° 8.- P. 6-15, cartes. Coproducteur : Ecole Nationale Supérieure d’architecture et de paysage de Bordeaux.
(****) Cologne, notes sur la rive aveugle, Boris Sieverts. Texte français intégral.


Pour citer cet article (format MLA) : Traynard, Yves. « L’insolite banlieue du Guide du routard ». ytraynard.fr 2021 [En ligne]. Page consultée en 2021. <https://www.ytraynard.fr/2008/02/linsolite-banlieue-du-guide-du-routard/>

 Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>